Auteur : Lana

New York Melody de John Carney (2013)


New York Melody ou Begin Again est une comédie dramatique américaine écrite et réalisée par John Carney sortie en 2013
Avec Keira Knightley, Adam Levine, Mark Ruffalo, Hailee Steinfeld
Greta et Dave ont quitté l’Angleterre pour emménager à New York. Ils ont tous les deux une grande passion… la musique. Dave a décroché un contrat solo avec une grosse maison de production. Après être parti à Los Angeles pour enregistrer en studio, il annonce à Greta, avec une chanson, qu’il la quitte pour son attachée de presse. Totalement abattue, effondrée et fauchée, elle décide de rentrer en Angleterre. Lors de sa dernière soirée à New York, à l’invitation de Steve son ami et nouveau colocataire, Greta interprète une de ses créations sur scène dans un bar, où Dan Mulligan, un producteur de musique alcoolique, dépressif et sur le déclin l’entend chanter. Il a alors une illumination et son talent le fascine. Il lui propose alors de produire son album… dans les rues de New York

 

« Tell Me If You Wanna Go Home » auteurs Gregg Alexander, Nick Lashley interprète Keira Knightley

Un Magnifique live sur les toits de Manathan avec une jeune musicienne Hailee Steinfeld, de son vrai nom Vera Hailee Steinfeld, c’est une actrice et chanteuse américaine, née le 1 à Los Angeles, Californie. Elle est notamment connue pour son rôle dans le film True Grit pour lequel elle a été nommée aux Oscars comme meilleure actrice dans un second rôle.

Dans New york Melody elle joue le role de la fille du producteur,Mark Ruffalo et  interprète un excellent solo de guitare, un sommet de  distorsion harmonique.

 

« Traitez là comme une Reine, une Reine ! »

 

Comme une reine (Réalisation : Ettore Scola) sketchs 9
Nouveaux Monstres (I Nuovi mostri) est un film italien composé de 12 sketchs (14 dans la version originale) réalisés par Mario Monicelli, Dino Risi et Ettore Scola, sorti le 15 décembre 1977.
Avec Alberto Sordi, Nerina Montagnani
Les Nouveaux Monstres présente une douzaine de tableaux sombres et amers, qui mettent en scène l’évolution de la société dans des situations encore plus immorales que dans Les Monstres de 1963. La version italienne comporte deux tableaux supplémentaires inédits en France, intitulés Il Sospetto et Con i saluti degli amici.

Les intellectuels, l’Église, la domination masculine continuent à être les cibles favorites de Dino Risi. Il s’agit de rendre compte de la désillusion ambiante. Dans ce second film, la brutalité et la crudité atteignent de nouveaux sommets.

Ce long métrage dénonce l’hypocrisie, le sexisme et l’Église. Pour aborder ces sujets délicats, Dino Risi utilise la comédie qui a valeur morale. Grâce à ce ton de comédie, la dénonciation est comme prise à la légère, et le film rendu moins rébarbatif. La comédie permet surtout aux spectateurs de prendre du recul et rend la critique sociale encore plus pertinente. Ce sentiment se ressent particulièrement à la fin du film.

« La marque des Anges » extrait de Mr. Nobody

« les #angesdeloubli mettent un doigt sur votre bouche

Ça laisse une marque au dessus de la lèvre. Ça veux dire que vous avez tout oublié »

 

Mr. Nobody est un film dramatique et uchronique de science-fiction d’origine belgo-franco-canadien, écrit et réalisé par le réalisateur belge Jaco Van Dormael sorti en 2009. Le film raconte l’histoire de la vie de Nemo Nobody, âgé de 118 ans, qui est le dernier mortel sur Terre après que la race humaine a atteint l’immortalité. Le film utilise une narration non linéaire pour raconter l’histoire de différentes vies de Nemo.
Avec Jared Leto, Sarah Polley, Diane Kruger, Linh Dan Pham

En 2092, Nemo Nobody, âgé de 118 ans, est le dernier mortel vivant dans un monde d’immortels. Il est interrogé sur son passé et se retrouve sous les soins du docteur Feldheim, qui veut l’aider à mettre de l’ordre dans ses souvenirs brouillés. Profondément marqué par le divorce de ses parents et par ses vies sentimentales, le vieillard a des trous de mémoire et son témoignage est constitué d’épisodes contradictoires de son enfance, de ses amours et de sa vie conjugale. Il raconte son passé à un journaliste venu l’interroger.

Nemo Nobody se remémore ses différentes vies à travers différents flashbacks. Il a pu vivre différentes vies en choisissant plusieurs possibilités : dans certaines, il est parti avec sa mère au Canada lorsque ses parents se sont séparés, dans d’autres il est resté avec son père en Angleterre. Il peut aussi revenir en arrière : lorsqu’il se rend compte que sa vie lui déplaît, il peut revenir en arrière et effectuer un autre choix qui modifie une grande partie de sa vie à la manière de l’effet papillon.

Ses flashbacks se concentrent surtout sur ses vies sentimentales, notamment avec Anna, Élise et Jeanne. Anna est la fille de Harry, l’amant de sa mère. Après le divorce, Harry et Anna emménagent avec eux. Nemo et Anna commencent alors une relation, et habitant dans le même appartement, ils peuvent avoir des relations sexuelles dès que leurs parents s’absentent. Ils se perdent de vue lorsque leurs parents se séparent.

Élise est une fille qui fait souvent des dépressions. Il se marie avec elle dans une de ses vies, et ils ont des enfants. Mais Élise ne trouve jamais le bonheur.

Jeanne est une fille avec qui il entame une relation parce qu’il a décidé de se marier avec la première qui dansera avec lui. Jeanne et lui dansent. Plus tard, ils se marient et ont des enfants, mais Nemo reste détaché de sa femme.

Finalement, Nemo explique au journaliste que tous deux, et le monde dans lequel ils vivent, sont issus de son imagination lorsqu’il avait neuf ans, au moment de la séparation de ses parents, et qu’il devait choisir entre partir avec sa mère ou rester avec son père.

« Il faut trouver un papa et une maman, c’est pas facile de choisir »

 

« j’ai toujours su que jamais je pourrais vivre avec toi »

tu-vois-pas-que-tu-es-dans-mon-champs

« tu vois pas que tu es dans mon champs »

Nous ne vieillirons pas ensemble est un film franco-italien réalisé par Maurice Pialat, sorti en 1972.

Avec Marlène Jobert, Jean Yanne, Macha Méril, Christine Fabrega, Jacques Galland

« j’ai toujours su que jamais je pourrais vivre avec toi »


Jean, qui est réalisateur, vit avec sa femme Françoise, mais depuis plusieurs années, il réside le plus souvent chez sa maîtresse Catherine (Colette, dans le livre). Pour des raisons professionnelles (tournage d’un film), Jean propose à Catherine de l’accompagner en Camargue, afin qu’elle assure la prise de son. La conduite de Jean est odieuse et après une scène inqualifiable, ils se réconcilient cependant, avant de rentrer à Paris. Ainsi commence un cycle invivable de disputes suivies de réconciliations. Elle s’enfuit en province, chez sa grand-mère, mais ne pouvant vivre sans elle, il la rejoint. Alors qu’il s’attache de plus en plus, elle prend un chemin opposé qui lui fait refuser tout ce qu’elle acceptait jusqu’à maintenant. La rupture intervient peu après qu’il lui propose de se marier. Catherine a décidé d’épouser un autre homme. Une dernière entrevue lui donne quelques explications.

Maurice Pialat en a revendiqué le caractère autobiographique. Le personnage de Jean, interprété par Jean Yanne, c’est en grande partie lui, jusque dans ses côtés extrêmes : un caractère difficile, voire odieux, capable de tendresse

Tournage difficile car Jean Yanne faisait l’aller et retour entre le plateau et l’hôpital où sa femme, gravement malade, allait décéder. La légende dit que Pialat aurait utilisé la voix blanche de Yanne après la mort de sa femme pour l’une des séquences du film.

Présenté en compétition officielle du Festival de Cannes 1972, Nous ne vieillirons pas ensemble y remporte le Prix d’interprétation masculine, attribué à Jean Yanne qu’il refuse.

Marlène Jobert aurait largement mérité le prix pour la meilleur actrice cette année là mais le talent n’est pas toujours récompensé…

« on ne peut pas se quitter sans ce le dire »

« Tu sait tres bien que c’est pas moi, J’étais devenu fou,  j’men suis rendu compte hein »

 

 

La plage de la corniche à Sète1971
extrait de César et Rosalie de Claude Sautet 1972
Avec Romy Schneider, Yves Montant, Samy Frey.
À Paris, Sète et le beau cadre de la plage de Noirmoutier, L’histoire d’un trio amoureux et d’une amitié naissante. César aime Rosalie. César est à l’aise en société, plein d’entrain et dirige une société de ferrailleurs. Rosalie, restée très proche de sa famille, partage sa vie avec César. Et il y a aussi David, un artiste qui fut autrefois l’amant si cher au coeur de Rosalie. Les deux hommes, qui se disputent la même femme, finissent par devenir amis…

 

« on ne peut pas se quitter sans ce le dire »
La scene de fin

  • Son personnage féminin devait être au départ joué par Catherine Deneuve avant d’être incarné par Romy Schneider.
  • Le personnage interprété par Sami Frey, David, est dessinateur de bandes dessinées et plusieurs scènes se déroulent dans son atelier et celui de ses collègues de travail. Les dessins que l’on peut apercevoir sur les murs ou les tables de travail, dont une caricature de Yves Montand/César en figure quasi mafieuse, ont été réalisés par Jean-Marc Laureau (alias Loro) et Claude Poppé, tous deux de l’équipe de l’hebdomadaire Pilote.

Lisa « Avec le temps » de Léo Férré

 

Léo chantait on n’est pas sérieux quand on a 17 ans avec les mots d’ Arthur Rimbaud. On n’est pas sérieux quand on a 17 ans et qu’on chante « Avec le temps » avec les mots de Léo. Ce n’est pas sérieux , cette lucidité, cette fuite du temps, cette vision sombre, ce désespoir, cette révolte contenue, comment l’incarner et y croire. Trompé, glacé, floué, amour, mensonge, ce n’est pas sérieux à 17 ans et pourtant …
Les derniers concerts de Léo Ferré se terminent tous par « Avec le temps », il exigeait de son public de le laisser quitter la scène en silence, sans applaudissement ni rappel. On imagine alors cette chanson ces mots suspendus dans un silence de mort, une absence, le néant…
On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
Et qu’on a des tilleuls verts sur la promenade.
De remplir ce silence avec autant de talent
Merci Léo
He Léo ça va ?…

 

« On ne peut pas se quitter sans ce le dire »

« On ne peut pas se quitter sans ce le dire »
César et Rosalie de Claude Sautet
Avec Romy Schneider, Yves Montant, Samy Frey.
La scene de fin
À Paris, Sète et le beau cadre de la plage de Noirmoutier, un « ménage à trois », avec César, un parvenu hâbleur mais généreux, David, un artiste effacé assez intellectuel qui se régale de la vulnérabilité de son confident, et une Rosalie bovarienne, partagée entre l’homme avec qui elle vit et son amour de jeunesse faisant irruption dans sa vie, qui prend cette thérapie pour une connivence.

  • Son personnage féminin devait être au départ joué par Catherine Deneuve avant d’être incarné par Romy Schneider.
  • Le personnage interprété par Sami Frey, David, est dessinateur de bandes dessinées et plusieurs scènes se déroulent dans son atelier et celui de ses collègues de travail. Les dessins que l’on peut apercevoir sur les murs ou les tables de travail, dont une caricature de Yves Montand/César en figure quasi mafieuse, ont été réalisés par Jean-Marc Laureau (alias Loro) et Claude Poppé, tous deux de l’équipe de l’hebdomadaire Pilote.